La yole comme école de mer

Les yoles dites  » de Bantry  » sont des copies à l’identique d’une yole d’état major de la fin du XVIIIème siècle. L’original, au musée de Bantry en Irlande, est le plus ancien bateau de construction française encore existant. Ce sont des bateaux d’aviron de mer capables de marcher à la voile et conçus pour le transport rapide des officiers et des messages entre les vaisseaux sur rade ou en mer.

laciotatComme les bateaux d’aviron, ils nécessitent un équipage nombreux et motivé (12 personnes dont 10 rameurs), formé à la manœuvre à l’aviron en mer, de niveau homogène et physiquement bien entraîné.

A la voile, les manœuvres, très spécifiques, sont assez différentes de celles pratiquées sur les voiliers d’aujourd’hui (y compris la plupart des  » vieux gréements « ), et nécessitent également un équipage nombreux (4 équipiers par voile) bien entraîné et habitué à travailler ensemble. La pratique de la voile sur ces bateaux permet d’assimiler en profondeur tous les principes de la navigation et de la manœuvre d’un voilier.
Visionnez la vidéo de ma présentation de la manœuvre de la yole  enregistrée lors du stage FVA de 2012.

La manœuvre de ces bateaux permet donc de développer un vaste ensemble de compétences qui sont à la base de ce qu’on appelle le sens marin et constitue une excellente école de mer. L’Atlantic Challenge, compétition internationale qui a lieu tous les deux ans, permet aux équipages de yoles de Bantry de tester leur compétences maritimes.

Il convient toutefois de noter que la manœuvre de ces bateaux est un travail d’équipe dont les contraintes sont du même ordre que celles rencontrées dans la pratique de sports collectifs (football, basket etc…) : formation d’un (ou plusieurs) équipage(s) homogène(s) formés d’équipiers qui ont appris à travailler ensemble, solidaires et motivés. Le bateau ne peut pas sortir si l’équipage n’est pas au complet, et des équipiers de niveau trop hétérogène rendent les manœuvres très inefficaces, voire dangereuses.

La formation d’équipages compétents ne peut s’envisager que dans le cadre de sorties planifiées permettant une formation par étapes. Dans un premier temps, l‘essentiel portera sur la formation à l’aviron en mer, les manœuvres portuaires, la sécurité et l‘apprentissage de la mer et du vent. La formation à la voile se fera dans un deuxième temps.

Il est donc clair que l’utilisation de la yole de Bantry comme  » Ecole de Mer  » ne peut se faire que dans un cadre de longue durée (un an au moins) impliquant un suivi régulier et visant à former des équipages bien soudés et de niveau homogène, éventuellement susceptibles de participer à des compétitions locales voire internationales. La motivation première des équipiers doit être l’aviron de mer, la voile étant un  » plus « , physiquement moins exigeant, mais techniquement plus complexe.

J.P. GUERITAUD

Téléchargez le Manuel du Yoleur (PDF)